La Campagne du Vallon, Valcros

Après plusieurs années de réflexion et de construction, le projet de maraichage biologique diversifié voit le jour sur un terrain situé route de Valcros (à Aix-en-Provence ou aux Milles pour certains), petite voie sinueuse et rurale qui serpente de Vasarely à la Pioline, entre champs, friches et domaines cossus.

Situé entre Aix et Marseille, l’emplacement facilite l’aspect commercial de l’entreprise et réduit le temps passé sur les routes ou avec les clients pour privilégier le temps de travail dans les champs. L’environnement y est préservé, on y croise des colonies de perdraux, des palombes, des faisans, des circaetes Jean Le Blanc (sorte de rapace majestueux, ennemi des taupes et rats des champs, donc ami du maraicher), des renards, sangliers, etc… Ce terrain de 9 hectares au total appartient à la famille NARI depuis plusieurs générations et ils en ont retiré les fruits par leur labeur en vendant principalement sur le marché d’Aix-en-Provence.

Ils ont décidé de me louer pour 9 ans une parcelle de 2.8 hectares, sur laquelle est installée une serre verre multi chapelle de 1800 m2 datant des années 60. Une rénovation progressive s’impose, mais elle fonctionne très bien, car les ouvertures laissées par les verres manquants permettent à la flore et à la micro-faune d’investir les lieux, ce qui génère de la vie. C’est parfait, c’est ce que je recherche!

Pour m’installer, j’ai besoin de matériel. Pour acheter ce matériel, j’ai besoin de financement. Étant âgé de moins de 40 ans, tout juste, j’ai choisi de compléter ma demande de prêt bancaire par une demande de Dotation Jeune Agriculteur (subvention) et d’un prêt NACRE (à 0%) destinés aux porteurs de projet. Au total, l’investissement s’élève à 43000 euros. J’ai confié l’instruction du dossier à la Chambre d’Agriculture des BDR, coût: 671 euros, prix d’amis car mon dossier comptable et stratégique est quasiment bouclé.

Le premier chantier qui m’attend, et non des moindres, est la mise en place de l’irrigation. Sans eau, peu de chance de faire pousser des fruits et légumes dans le midi, en tout cas les premières années. Par chance, le terrain visé est alimenté par une borne de la Société du Canal de Provence. Le montant du devis comprenant le matériel de micro-aspersion (très efficace et économe en eau), de goutte-à-goutte, la tuyauterie, les vannes et la pose s’élève à 8000 euros. A cela il faut ajouter presque 1000 euros d’ouverture de droit à la borne, caution, etc… C’est le plus gros poste d’investissement après le véhicule de livraison.

Une fois ceci fait, je serai moins inquiet pour la saison qui vient.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s